Menu des pages
Menu des Catégories

Publié de sur Mai 3, 2018 dans Communiqué de Presse | 0 commentaires

L’AGEMP désapprouve l’éventualité d’une intervention policière à l’Université Toulouse Jean Jaurès

 

 

Depuis plus d’un mois, des interventions policières répétées se déroulent au sein des universités françaises afin de mettre un terme aux différents blocus. C’est dans ce contexte de répression que le tribunal administratif de Toulouse a rendu, hier, sa décision au sujet de l’Université Toulouse II – Jean Jaurès : il enjoint l’Administration provisoire de l’établissement d’user de son pouvoir de police administrative.

L’AGEMP désapprouve fortement ce verdict. Ce dernier est tout d’abord en totale contradiction avec le positionnement adopté jusqu’alors par l’Université Jean Jaurès. Selon elle, la situation ne requiert aucune intervention policière puisque, selon un mémoire de l’administrateur provisoire, “l’urgence n’est pas établie”. Cette décision ne peut être considérée comme une sortie de crise, elle n’accentuerait que le climat de tension et de défiance au sein de la communauté universitaire et éluderait les raisons du blocus.

Ainsi, de par le contexte de la mobilisation étudiante et le risque de violences, l’intervention policière n’est ni nécessaire ni souhaitable. Il est temps de cesser de diviser la communauté universitaire et de permettre à tou.te.s de se concerter collectivement, dans un climat de confiance,  afin de trouver une sortie de crise. Des solutions existent !

C’est pourquoi le débat entre tou.te.s les acteur·rice·s – et aux positions différentes – doit retrouver sa place au sein de l’Université. Elle est un lieu de savoir et d’émancipation, non de répression.

 

Contact Presse :

Maryse Rossi  Présidente 06 35 93 96 73

Alexandre Mellier Chargé de communication 06 88 41 15 29

 

Vous pouvez télécharger ici le communiqué de presse : ici

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *